Jeudi , 14 novembre 2013
News
Accueil / Hommes et Femmes de Mer / La Passion, plus forte que le handicap
La Passion, plus forte que le handicap

La Passion, plus forte que le handicap

La Passion de l’Océan est universelle. Peu importe l’âge, le statut social ou encore la condition physique, l’eau offre une multitude d’activités possibles, et ce même pour les personnes atteintes de handicap. De nombreuses organisations supportent et développent la pratique de différentes activités nautiques pour les handicapés.

Juin 2013. Didier Coront, Bernard Jaillet, Rudi Vandenabbeele et Eve Leroy sont sur le point de réaliser une expérience inédite. Ils s’apprêtent à plonger dans les eaux glaciales de l’Est du Groenland. Seulement huit professionnels ont plongé à cet endroit auparavant. Le lieu est réputé pour être très difficile d’accès, les conditions y sont extrêmes. Ces quatre héros sont tous atteints d’un handicap, de naissance ou survenu suite à un accident. Leur aventure semble être un cas isolé, mais des histoires similaires pourraient bel et bien se produire plus souvent. En effet, les sports nautiques deviennent de plus en plus accessibles aux personnes souffrant d’un handicap, qu’il soit physique ou mental.

La Passion avant tout

Le handicap n’empêche pas forcément la pratique des sports nautiques. Cette dernière est d’ailleurs parfois conseillée, notamment la plongée, car elle délivre les handicapés moteurs, ils se sentent légers, libres de leurs mouvements. La plongée n’est pas le seul sport accessible aux personnes handicapées, Ismaël Guilliorit en est le parfait exemple. Difficile à croire, mais ce jeune surfeur glisse sur les vagues à l’aide d’une seule jambe. Amputé au niveau du tibia depuis la naissance, il a découvert le surf à l’adolescence. La passion des vagues l’a poussé à fournir deux fois plus d’efforts qu’une personne sans handicap afin de pouvoir pratiquer ce sport qu’il aime tant. Ismaël est aujourd’hui un surfeur de haut niveau.

L’histoire de Bethany Hamilton est tout aussi impressionnante. Cette Hawaïenne surfe depuis sa plus tendre enfance, et ce même depuis un dramatique accident lorsqu’elle avait l’âge de 13 ans. Alors qu’elle surfait, Bethany s’est faite attaquer par un requin, ce dernier lui ayant arraché le bras. Elle trouva la force de reprendre le surf, la passion étant plus forte que tout, elle est désormais une championne de renom.

Des associations qui se développent

Afin de rendre les sports nautiques plus accessibles aux personnes handicapées, de nombreuses associations œuvrent chaque jour. C’est le cas par exemple de Vagdespoir ou encore d’Handi Surf. Cette dernière, reconnue par l’Etat, propose différentes activités aux handicapés de tous types, notamment le stand up paddle, la pirogue hawaïenne, le surf ou encore le bodyboard.

La plongée est aussi mise à l’honneur. En effet, l’Association Nationale des Moniteurs de Plongée (ANMP) propose des formations pour que les moniteurs puissent prendre en charge les personnes handicapées dans le but de leur faire découvrir les plaisirs de la plongée. De plus, l’Association Internationale des Plongeurs Handicapés (IAHD), reconnue dans de nombreux pays, entrainent des personnes handicapées à plonger. Une activité qui peut notamment servir de thérapie à certains d’entre eux. L’association Diabète Plongée, quant à elle, aide les personnes diabétiques qui souhaitent pratiquer la plongée. D’autres sports nautiques, tels que le kitesurf avec Handikite, sont proposés aux personnes handicapées par des organismes. Des partenariats avec des clubs de handisport sont d’ailleurs mis en place.

Des sportifs et sportives de haut niveaux

La voile n’est évidemment pas en reste. La France est fière de compter parmi ses rangs des sportifs et sportives de haut niveaux qui dépassent leur handicap. Citons notamment Damien Seguin, champion paralympique en dériveur. Un palmarès à faire pâlir de jalousie plus d’un. Triple Champion du Monde en 2.4, médaille d’Or aux Jeux paralympiques d’Athènes en 2004, puis l’Argent à Pékin en 2008, porte-drapeau de la délégation française à Londres en 2012, 2ème de la Transat Jacques Vabre en 2011 et la liste n’est pas finie. Un bel exemple de combativité, de dépassement de soi et surtout de preuve s’il en fallait que le handicap ne doit pas empêcher de vivre sa Passion.

Les sports nautiques font certainement partie des activités les plus agréables pour les personnes handicapées, c’est pourquoi de nombreuses personnes œuvrent afin qu’elles puissent les pratiquer dans les meilleures conditions possibles, en tant que simple loisir, mais aussi professionnellement.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>